©Edwin Brok

Andréa DessenChercheuse en biologie structurale

Médaille d’argent du CNRS

Directrice de recherche à l’Institut de biologie structurale1 à Grenoble, responsable du groupe Pathogénie bactérienne, spécialisée dans l’étude de machineries moléculaires de la paroi bactérienne.

" Au début de mes études, je penchais pour l’océanographie, mais c’est au cours de ma thèse à New York que je suis tombée amoureuse de la biochimie et de la biologie structurale. Les recherches sur les pathogènes et leurs mécanismes de survie ont par la suite suscité mon intérêt lors de mes stages postdoctoraux. Aujourd’hui, l’essentiel des travaux de mon groupe se concentre sur l’étude de la machinerie de formation de la paroi des bactéries, pour comprendre les structures des protéines qui y participent, ainsi que leurs complexes, en détail atomique. Nous nous intéressons également à la compréhension du mécanisme d’action de différents facteurs de virulence, qui jouent des rôles importants lors d’une infection. Cette recherche, menée en partenariat avec un deuxième groupe que je dirige au Brésil, pourra ouvrir de nouvelles portes dans la lutte contre les bactéries pathogènes, et surtout celles résistantes aux antibiotiques. "

  • 1. CNRS/CEA/Université Grenoble Alpes

CV

  • 1993 :  Doctorat en biochimie à l’université de New York (États-Unis) (Département de biologie)
  • 2000 :  Entrée au CNRS – Chargée de recherche au sein de l’Institut de biologie structurale 
  • 2010 :  Directrice de recherche et responsable du groupe Pathogénie bactérienne à l’Institut de biologie structurale
  • 2012 :  Directrice d’un Laboratoire international associé (Laboratório Nacional de Biociências), Campinas, São Paulo (Brésil)
  • 2015 :  Médaille de l’Académie des sciences, prix Charles-Louis de Saulses de Freycinet