AFRAMED : Piloter des appareils de mesure à distance pour la recherche et l’appui à la formation doctorale en Afrique

International Instruments et analyse

Lancé officiellement le 31 Aout 2022 et porté par le professeur Claude Lecomte et impliquant 4 laboratoires du CNRS dont le laboratoire de chimie de coordination et des partenaires de 6 pays africains, le réseau AFRAMED repose sur la possibilité de connecter un diffractomètre d’un laboratoire français du CNRS à un laboratoire d’une université partenaire en Afrique.

L’échantillon à mesurer (matériaux minéraux ou moléculaires synthétisés et des molécules isolées en Afrique) sera installé sur l’appareil par un ingénieur ou chercheur français qui autorisera la prise de contrôle à distance de l’instrument par son collègue africain via une connexion interne sécurisée.

Les objectifs de cette mise en réseau sont :

  • La formation : AFRAMED vise à former des chercheurs et chercheuses des laboratoires africains concernés qui, à leur tour, formeront leurs collègues et étudiants doctorants en leur permettant de manipuler des appareils de mesure performants et modernes.
  • La recherche : Cette mise à disposition des appareillages doit faciliter l’élaboration de nouveaux matériaux naturels ou synthétiques en Afrique prometteurs de nombreuses applications industrielles et pharmaceutiques. Les liens avec le monde socio-économique visent également à constituer des voies de recrutement potentiels au sein des entreprises.

Plus encore, la mise en œuvre de ce réseau servira de preuve de concept pour une généralisation à d’autres types d’appareils de mesures « mi-lourds » et sur d’autres instruments tels que le synchrotron Soleil ou l’African Light Source (AfLS).

Le premier ensemble de partenaires français et africains constituant le projet initial pourra s’étoffer de nouveaux membres au fur et à mesure de l’ouverture à d’autres laboratoires voire disciplines. Le CNRS entend former plus d’une vingtaine de collègues africains en pays différents au bout d’ici 2026 et leur permettre d’utiliser, de la même manière, des appareils de laboratoires toulousains, bordelais, lillois, etc.

Ce projet s’inscrit dans le Plan pluriannuel de coopérations avec l’Afrique du CNRS, qui vise à renforcer et étendre ses collaborations avec les pays du continent dans une démarche concertée, durable et équitable.

Partenaires du projet initial

  • Laboratoires français :
    • Laboratoire de Cristallographie, Résonance Magnétique et Modélisations (CRM2) à Vandœuvre-Lès-Nancy.
    • Laboratoire de Chimie de Coordination (LCC) à Toulouse
    • Institut Néel à Grenoble
    • Institut Européen de Chimie et Biologie (IECB) à Bordeaux
  • Partenaires étrangers :
    • Cameroun : Département de Chimie Université de Dschang, Dr Patrick Kenfack
    • Egypte : Cairo University, Dep. of Physics,  Faculty of Science, Dr Seham K. Abdel-Aal
    • Gabon :  Université des sciences et techniques de Masuku, dép. de Chimie, Dr Adam Bouraima
    • Sénégal : Université Cheikh Anta Diop, Dép. de Chimie, Dr Ibrahima Elhadji Thiam
    • Côte d’Ivoire : Université Houphoet Boigny , Dep. de Physique, Dr  Yvon Bibila
    • République du Congo : Marien N'GOUABI University, Dep. of Chemistry, Dr Ferland Ngoro-Elenga